Logo Association d'économie sociale
   Association d’Économie Sociale     Logo Fondation Crédit coopératif
Accueil > Les journées > XXXIVes journées à Grenoble sur le thème « Innovations sociales, innovations économiques ».

Fargeon (V.), Le Quéau (P.), Le Roy (A.), Offredi (C.) et Ottaviani (F.). – L'étude Ibest : une mesure du bien-être comme tension. In : Innovations sociales, innovations économiques, éd. par Lamotte (B.), Le Roy (A.), Massit (C.) et Puissant (E.), XXXIVes journées de l’Association d’Économie Sociale, Presses universitaires de Louvain, p. 225-242. – Louvain-la-Neuve, Belgique, 2014.

Résumé

Inscrite dans la réflexion consacrée aux indicateurs alternatifs et aux approches en termes de bien-être, cette communication aborde les apports et écueils théoriques et pratiques de la construction de tels indicateurs en lien avec une expérience menée à Grenoble (Ibest). La posture théorique retenue considère que le bien-être ne se résume pas à une quantité d'« avoir(s) », mais repose aussi sur les opportunités et possibilités de réalisations offertes par l'environnement. Le bien-être repose dès lors sur le fait d'être (relativement) bien « avec » son environnement matériel, mais aussi son environnement social et/ou naturel. L'analyse empirique de ce qui compte pour le bien-être est alors menée à travers deux dimensions : celle des réalisations traduisant la tension entre les aspirations et les moyens dont l'individu dispose ; celle des formes de sociabilité dans lesquelles il s'inscrit et les « mondes » dans lesquels il se projette.

Abstract

The aim of the communication consists in giving theoretical and empirical parameters of an experiment in progress, in the metropolitan area of Grenoble, in order to design new indicators of wellbeing (Ibest). In other words, it is part of works attempting to create alternative indicators of human development. The main theoretical issue considers that wellbeing does not only consist in “having” but in opportunities offered to the individual by his environment and his capabilities to achieve his matters. Wellbeing is therefore being (relatively) well “with” one's material and non-material, social and natural environment. The empirical analysis of the experiment is then conducted through two dimensions: the achievements, reflecting a tension between aspirations and means the individual has forms of sociability or social worlds to which the individual belongs.

Obtenir les références de l'article au format ou .

...