Logo Association d'économie sociale
   Association d’Économie Sociale     Logo Fondation Crédit coopératif
Accueil > Les journées > XXXIIIes journées à Marne-la-Vallée sur le thème « Les nouvelles frontières de l'économie sociale et solidaire ».

Paranque (B.). – Nouvelles frontières et développements théoriques récents. Propriété privée et action collective : de la coopération comme réappropriation du monde. In : Les nouvelles frontières de l'économie sociale et solidaire, éd. par Defalvard (H.), L’Horty (Y.), Legendre (F.) et Narcy (M.), XXXIIIes journées de l’Association d’Économie Sociale, Presses universitaires de Louvain, p. 175-195. – Louvain-la-Neuve, Belgique, 2013.

Résumé

Le monde traverse une crise sans précédent qui mêle finance, économie, social et culture. Si nous ne voulons pas être rejetés de ce monde, il nous faut alors questionner l’utopie fondatrice de nos sociétés modernes. Cette utopie a fondé la reconnaissance de la liberté individuelle. Mais l’idéologie du monde qu’elle a accouché a borné l’exercice de cette liberté par la propriété privée capitaliste. Cet article propose de repenser la propriété privée non plus à l’aune de la valeur d’échange mais à l’aune de la valeur d’usage en s’appuyant sur le développement des communautés de marque et sur le questionnement des coopératives. Il propose pour ce faire une approche par les « commons » qui permet de proposer des règles de coordination de l’action collective dans la gestion du bien commun qui aura été défini au préalable ou qui est l’objet de cette action. Ce bien est donc tout autant une ressource à produire qu’une ressource à gérer.

Abstract

This paper reconsiders commonly held views on the ownership and management of private property, contrasting capitalist and simple property, particularly as it relates to the impact of the firm shareholder governance model on the shape of society. I contrast an exchange value standpoint with a use value perspective to explicate current conditions under which neither the state nor the market prevail in organizing economic activity (i.e., the cooperative form of governance and community created brand value). This consideration is motivated by the scale and scope of the modern global crisis which combines financial, economic, social and cultural dimensions to produce world disenchantment (FISCHBACH, 2009 ; ROSA, 2012). Dismissing the alternative of individuals simply forsaking engagement with society as it stands, it becomes necessary to revisit, at this historical moment, the ideals on which modern societies are built, including the philosophy of freedom for all. This utopian concept has produced an ideology limited by capitalist notions of private property, motivating this inquiry. This paper offers mechanisms and recommendations regarding the formalized conditions for collective action and definitions of common guiding principles to facilitate new expressions of the principles of co-ordination. Such behaviour will allow for the development of common resources, the purpose being a re-appropriation of the world.

Obtenir les références de l'article au format ou .

...